Trouver de l'inspiration au quotidien

Emotions

Valider ou révoquer les émotions 

Valider ou révoquer les émotions 

Il y a une grande différence entre valider et révoquer les émotions qu’on nous partage.
Quand quelqu’un partage son ressenti avec nous, nous avons en tête de l’aider mais il s’avère que parfois nous révoquons les émotions que la personne nous a exprimé.

Voyons cela de façon plus concrète avec quelques exemples.

Quand quelqu’un partage avec vous son anxiété.
Une des réponses que l’on fournit peut-être : « Ne t’inquiète pas, ça va aller ».
Ici nous révoquons l’anxiété de la personne.
Nous pouvons répondre : « Ce que tu vis semble difficile. Je suis désolé de constater ce que tu traverses. L’anxiété est une chose très difficile à vivre ».
Avec cette réponse, nous validons ce que la personne est en train de vivre.

Quand une personne vit un deuil.
Nous allons révoquer son émotion si on utilise ce type de phrase : « Il a vécu une belle et longue vie, mais maintenant il est en paix ».
Pour valider son émotion, nous pouvons utiliser : « Je pense à toi et à ce que tu es en train de vivre. La perte d’un être cher est un moment difficile, je suis là pour toi si tu ne souhaites pas être seul ou si tu as besoin de parler ».

Quand quelqu’un nous parle de sa dépression.
« Tout n’est pas si négatif, tu as tellement de choses dans ta vie pour lequel tu peux être reconnaissant », ici nous révoquons la dépression.
« Tu n’es pas tout seul face à ce que tu vis. Comment puis-je t’aider ? », ici nous validons ce que la personne partage avec nous.

Quand une maman nous fait part de sa difficulté à être mère.
Nous allons essayer de lui donner des conseils : « As-tu essayé de… ? »
Nous pouvons changer notre réponse par : « C’est difficile d’être mère, c’est compréhensible que tu te ressentes tout cela ».

Quand une personne nous parle de son sentiment d’insécurité.

Nous allons révoquer cette émotion si nous utilisons une phrase du type : « Ne sois pas bête, tout va bien ».
Au lieu de cela, nous pouvons changer notre réponse par : « Je comprends, ça m’arrive de ressentir cela aussi. C’est difficile d’être confronté à cela. »

Quand quelqu’un vous partage sa colère. 
« Calme-toi, tu n’as pas besoin de t’énerver comme cela », vous avez maintenant compris le mécanisme, nous révoquons l’émotion.
« Je comprends ta colère, cela a dû sens », ici nous validons le ressenti.

Nous avons à cœur d’aider ce que l’on aime et on essaye de dédramatiser des situations, nous ne gérons pas tous nos émotions de la même façon. Le but n’est pas de trouver la solution pour l’autre mais d’accueillir ce qu’elle partage avec nous. 
Aider une personne, c’est tout d’abord être présent pour elle et l’écouter.

Réalisation Clerc & Net